LE vice-président du Guatemala, Rafael Espada, a souligné ce jeudi les réussites de la médecine cubaine, à son arrivée dans l’île en visite officielle, qui s’étendra jusqu’à dimanche prochain.

Il a été accueilli par le ministre de la Santé publique, José Ramon Balaguer, et le vice-ministre des Affaires étrangères Alejandro Gonzalez, à qui il a exprimé le désir de renforcer la collaboration dans ce domaine et dans la formation de médecins, étant donné l’expérience des professionnels cubains.

Il a indiqué que dans le secteur de la santé le peuple avait reçu une grande aide au moment de crises sérieuses, où le rôle des médecins a été très apprécié et très bien accueilli.

Cette action, a-t-il rappelé, a été récompensée par la remise d’une distinction humanitaire et elle démontre la position occupée par Cuba dans la formation et la préparation de médecins en Amérique latine, ce qui est suivi avec beaucoup d’attention.

Espada a souligné qu’ils entendaient augmenter le nombre de jeunes guatémaltèques dans les facultés de médecine de l’île, c’est pourquoi ils renforceront ce programme tellement essentiel pour son pays, et il a réitéré aussi son admiration pour la médecine cubaine.

Il a ajouté que la coopération pouvait s’étendre à d’autres secteurs, comme la culture, le sport, l’éducation, l’agriculture, l’énergie et le pétrole.

A son arrivée dans la capitale cubaine il a mis l’accent sur le 10e anniversaire de la reprise des relations diplomatiques, lesquelles ont été rétablies le 27 janvier 1998, et qui sont en voie aujourd’hui de resserrement.

Il y a au Guatemala un total de 419 collaborateurs de l’île, dont 294 médecins cubains dans 114 départements de ce pays centro-américain, soit une population de 2 582 475 habitants.

Dans le cadre de l’Opération Miracle, 12 318 personnes ont été jusqu’à ce jour opérées dans des centres ophtalmologiques situés dans cette nation.

Espada s’entretiendra avec le vice-président cubain Carlos Lage, et d’autres autorités locales, et il visitera des lieux d’intérêt scientifique et social.

Source : Prensa Latina