solidarite_cuba1_3_13788

Il y a seulement deux médias américains qui ont relaté la réponse de Cuba au tremblement de terre qui a frappé Haïti. L’un était Fox News, qui a affirmé, à tort, que les Cubains étaient absents de la liste des pays voisins qui fournissaient de l’aide. L’autre était le Christian Science Monitor (une publication respectée qui a récemment supprimé son édition imprimée), qui relevait, à juste titre, que Cuba avait envoyé 30 médecins dans le pays sinistré.

« The Christian Science Monitor », dans un second article, cite Laurence Korb, ancien Secrétaire-adjoint à la Défense et actuellement basé au « Center for American Progress », qui déclare que les Etats-Unis qui dirigent les opérations de secours en Haïti, devrait « envisager de faire appel aux connaissances spécialisées des voisins de Cuba », dont il a noté, « que Cuba possède quelques-uns des meilleurs médecins du monde et nous devrions voir comment travailler avec eux ».

Quant au reste des médias américains, ils ont tout simplement ignoré le rôle de Cuba et de ses actions.

En fait, il a été passé sous silence que la réalité c’est que Cuba possédait déjà plus de 400 médecins arrivés récemment en Haïti pour suppléer au quotidien aux besoins de santé de ce pays le plus pauvre des Amériques ; et que ces médecins ont été les premiers à réagir à la catastrophe par la mise en place d’un hôpital d’urgence juste à côté de l’hôpital principal de Port-au-Prince, qui s’est effondré lors du séisme.

Loin de « ne rien faire » lors de la catastrophe, comme les propagandistes d’Extrème-Droite de « Fox-TV » le déclarent, Cuba a été l’un des intervenants les plus critiques et efficaces lors de la crise, parce qu’elle avait mis en place une structure médicale bien avant le séisme. Laquelle a été en mesure de mobiliser rapidement et commencer à traiter les victimes immédiatement.

L’Intervention d’urgence américaine, de façon prévisible, a surtout porté, au moins en termes de personnel et d’argent, sur l’envoi de la très coûteuse et inefficace US Army (Une flotte d’aéronefs et un porte-avions), un facteur qui doit être pris en compte lorsqu’on l’examine à la lumière des 100 millions de dollars réclamés par l’Administration Obama comme allocation à l’aide d’urgence à Haïti. Considérant que le coût d’utilisation d’un porte-avions, y compris celui de l’équipage, se monte à environ 2 millions de dollars par jour, le simple fait d’envoyer un transporteur navette à Port-au-Prince durant deux semaines représenterait un quart de l’effort annoncé de l’aide américaine. La majorité des personnels militaires envoyés effectueront certainement un travail concret, d’aide, de livraison de matériel et de gardiennage des fournitures, mais étant donné la longue histoire militaire américaine de contrôle colonial et brutal d’Haïti, ils consacreront inévitablement leur temps à assurer la survie et le contrôle des élites politiques parasites pro-américaines sur les lieux.

En d’autres termes, les Etats-Unis ont pratiquement ignoré jour après jour la crise des Droits de de l’homme en Haïti, tandis que Cuba faisait un travail inestimable en fournissant des soins de santé de base.

Mais ce n’est pas une « histoire » que les médias capitalistes américains voudraient raconter.

Dave Lindorff

Dave Lindorff est un journaliste et chroniqueur basé à Philadelphie. Il est l’auteur de “Marketplace Medicine : The Rise of the For-Profit Hospital Chains” (BantamBooks, 1992), et son dernier livre est "The Case for impeachment" Press (St. Martin’s, 2006).

Son travail est disponible à www.thiscantbehappening.net

Traduct Gilong. (révision partielle par le Grand Soir)

http://www.commondreams.org/view/2010/01/15-6

Version française : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article97025

via :le Grand Soir

Source le blog: Le panier à crabes