« CUBA est un des pays en développement qui utilise le mieux son système de propriété industrielle, car il met ses connaissances au service du bien-être de la société et de celles d’autres pays du monde. »

C’est ce qu’a souligné Geoffrey Onyeama, directeur général adjoint de l’Organisation mondiale de la Propriété industrielle (OMPI), à l’ouverture du Séminaire international Propriété industrielle, Information technologique et Transfert de technologie, qui s’est déroulé à l’Hôtel Occidental Miramar, de La Havane.

Le directeur de l’OMPI a apprécié le haut niveau professionnel des spécialistes de l’Office cubain de la Propriété industrielle (OCPI), et il a confirmé sa volonté d’accroître la collaboration avec cet organisme dans le domaine de l’habilitation et de la création de base de données.

« Actuellement, plus de 80% de l’information technologique disponible dans le monde provient des documents des brevets. D’où l’importance d’élaborer des stratégies destinées à favoriser le transfert de ces précieuses connaissances aux pays les moins développés », a-t-il affirmé.

La master en Sciences Maria de los Angeles Sanchez Torres, directrice générale de l’OCPI, a signalé que « l’insertion de l’activité de propriété industrielle dans le système de la science, de la technologie et de l’innovation, des investissements et l’exportation des biens et des services, constitue une nécessité pour préserver les intérêts nationaux ».

La séance d’inauguration incluait une conférence magistrale Les brevets dans les industries de haute technologie, à charge du Dr en sciences Agustin Lage Davila, directeur du Centre d’Immunologie moléculaire.

 

Source : Granma Internacional